Articles

Taiji Quan selon Tung Ying Chieh

Traduit de l’Anglais par Julien Desbordes

 

Tung Ying Chieh
(1898-1961) était un maître bien connu du style Yang traditionnel de Tai Chi Chuan. Il était l’un des meilleurs étudiants du célèbre maître de la 3ème génération de la famille Yang, Yang Cheng Fu (de 1883 à 1936). Ci-dessous est un extrait du livre « Tai Chi Chuan Explained».

 

Tung Ying Chieh

 

1 – Le Tai Chi Chuan est une pratique Martiale Interne . La force est produite par les os. La puissance est réservée aux muscles . Il n’est pas besoin d’avoir la peau épaisse ou les muscles durs, mais un “Chi“ bas (descendu, sombré, qui coule vers le bas), et des os forts sont nécessaires.
Ainsi, les étudiants n’ont pas à souffrir de fractures des os et de douleurs musculaires, et de fatigue du fait de bondir, mais bougent juste naturellement pour trouver le potentiel de la puissance d’origine. C’est un exercice pour développer sa propre puissance originelle.

 

2 – Les trois principaux points : esprit, intention, et posture doivent être là. Si la posture est correcte, alors l’esprit et l’intention sont présents, et vous progresserez bien. Aussi, vous vous sentirez différent chaque jour. Les étudiants devraient essayer de sentir les différences intentionnellement.

 

3 – Si la posture n’est pas correcte, alors l’esprit et l’intention ne sont pas là. Le résultat sera juste comme si l’on cuisinait une marmite vide, et même après de nombreuses années de pratique vous ne réussirez pas. Il y a un dicton taquin disant que dix année de pratique du Tai Chi Chuan n’est pas aussi bon que trois années de Kung Fu. Donc, pour une bonne pratique du Tai Chi Chuan : premièrement vous devez pratiquez diligemment (avec grand soin et vigilance); et deuxièmement vous devez avoir une bonne compréhension. Aussi, le résultat dépend de votre intelligence, mais une pratique assidue peut aider à être moins stupide. Alors vous devriez toujours vous encourager vous-même à pratiquez plus assidument.

 

4 – La respiration pendant la pratique : respirer naturellement. Ne forcez pas votre respiration profondément. Après beaucoup de pratique, votre Tai Chi Chuan atteindra le point naturel. A ce moment la, la respiration s’équilibrera automatiquement.

Enregistrer

Laissez une réponse

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont marqués *